Sites de visite

Le cirque de Mafate


Le cirque de Mafate décor grandiose

Le cirque de Mafate

Le cirque de Mafate offre un décor de rêve et un paradis pour la randonnée à La Réunion. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco et accessible uniquement à pied, il est le cirque le plus sauvage de l’île.

Les habitants vivent dans de petits hameaux appelés îlets (prononcez « îlette ») implantés sur des plateaux au cœur d’un décor chaotique et grandiose, entouré par de hauts sommets : Grand Bénare (2896 m), le piton Maïdo (2203m) côté Ouest, et la Roche Écrite (2277 m), le Cimendef (2228 m) et le Gros Morne (3013 m) côté Est.

Avec plus de 100 km de sentier, des gîtes pour séjourner au cœur d’une nature reine, on vient à Mafate pour vivre une expérience authentique, coupé du monde, où seul le bruit des hélicoptères vient rompre la tranquillité des lieux.

La population mafataise est estimée à environ 800 personnes, dont les deux tiers résident à La Nouvelle. Les autres îlets comptent une dizaine de cases en bois sous tôle, et se nomment Marla, Roche-Plate, Grand’Place, Îlet-à-Malheur, Îlet-à-Bourse, Aurère, etc.

Qu’on découvre Mafate depuis un belvédère offrant une vue plongeante et vertigineuse (Maïdo, Cap Noir, Roche Écrite, etc.) ou en empruntant ses sentiers pour pénétrer au cœur du cirque, ou le temps d’un survol en hélicoptère, c’est toujours un régal pour les yeux.

Le cirque de mafate et son paysage
Vue aérienne du cirque de Mafate

Un peu d’histoire

L’histoire de Mafate débute avec celle des esclaves en fuite (les marrons), qui comme dans les autres cirques (Cilaos et Salazie) trouveront dans Mafate un refuge idéal.

A la fin du XVIIIème siècle, une fois les derniers marrons partis du cirque, le peuplement officiel commence avec l’arrivée des « Petits Blancs » dans le village d’Aurère.

Le développement va ensuite s’accentuer avec la création des îlets de Roche-Plate, de Marla et de La Nouvelle. Avant la fin du XIXème siècle, le cirque compte quelques 190 familles malgré le refus des autorités de leur accorder des concessions, et la répression du service forestier qui veut les chasser afin de créer une zone protégée. Des maisons sont brûlées, des milices constituées et des lois impitoyables sont mises en place (il est par exemple interdit de ramasser du bois).

En effet, le déboisement du cirque par les « Petits Blancs » provoquait des problèmes d’érosion et les inondations menaçaient ainsi les villes du Port et de Saint-Paul.

Ce combat qui oppose les mafatais à l’état va durer jusqu’en 1960 où un accord est trouvé. Des concessions sont alors accordées, les mafatais louent ainsi leurs terres pour des sommes symboliques. Un système coopératif est également mis en place ainsi qu’un programme de reboisement et d’irrigation. L’ONF emploie ainsi de nombreux mafatais pour des travaux forestiers afin qu’ils puissent subvenir à leur besoin (les cultures et l’élevage de quelques volailles et vaches n’étant pas suffisants).

Progressivement, d’autres mesures viennent améliorer les conditions de vie dans le cirque de Mafate. Des écoles sont créées, des facteurs desservent le cirque, des infirmières visitent également la population…

Dans les années 1980, la Région finance l’installation de chauffe-eau solaires et de blocs sanitaires.

Contrairement aux autres cirques accessibles aujourd’hui par la route, Mafate n’a pas bénéficié du même désenclavement. Le cirque de Mafate compte aujourd’hui environ 800 personnes vivant presque exclusivement en autarcie. L’hélicoptère permet l’approvisionnement du cirque et l’enlèvement des déchets.

Le cirque de Mafate accueille aujourd’hui environ 80 000 randonneurs par an et n’est accessible qu’à pied (la dépose des touristes en hélicoptère est interdite depuis 2005).

Origine du nom : Mafate était le nom d’un chef de clan d’esclaves réfugié dans le cirque. Il a donné son nom au cirque, qui en malgache signifie « celui qui tue ». Il fut tué en 1751 par le chasseur des marrons, François Mussard.

Accès au cirque de Mafate

Les accès au cirque de Mafate sont nombreux mais se font uniquement à pied :

  • Depuis Salazie

Pour rejoindre La Nouvelle, la randonnée la plus connue et la plus « facile » commence au Petit-Col (parking payant surveillé) d’où l’on rejoint le col des Bœufs pour ensuite descendre vers La Nouvelle en 2h environ.

Il est également possible depuis le parking du Petit-Col de rejoindre le col de la Fourche qui rejoint également La Nouvelle (comptez environ 1h30 supplémentaire).

Autre randonnée possible (plus difficile) : Rejoindre Aurère par le sentier Scout (départ environ 3km avant le parking du Petit-Col) et retour par la canalisation Augustave : article de cette randonnée en cliquant ici.

  • Depuis le Maïdo

Pour rejoindre Roche Plate : départ avant le terminus de la route forestière du Maïdo. La descente est abrupte et assez difficile (environ 2h30).

  • Depuis Dos-d’Âne

Pour rejoindre Deux-Bras, la randonnée suit le lit de la Rivière-des-Galets (comptez 1h30). Vous pourrez ensuite rejoindre différents îlets de Mafate depuis Deux-Bras (comptez 2h30 supplémentaire pour rejoindre Grand-Place par exemple).

  • Depuis Cilaos

Pour rejoindre Marla, la randonnée passe par le col du Taïbit (environ 3h de marche). De Marla, vous pourrez ensuite poursuivre jusqu’à La Nouvelle en 1h30 supplémentaire.

  • Depuis Sans-Soucis (Hauts de Saint-Paul)

Pour rejoindre Roche-Plate, le sentier emprunte la canalisation des Orangers (environ 6h de marche).

Conseils de Tropical Home

Avant de vous lancer dans une randonnée dans le cirque de Mafate, sachez que les temps de parcours indiqués sont à considérer avec prudence. Ils dépendent de votre condition physique, des conditions météorologiques, de la charge que vous aurez à porter… Les temps de parcours peuvent donc considérablement s’allonger, et il convient de prendre ses précautions et ne pas se surestimer.

Prévoyez des vêtements chauds (même pendant l’été austral, il peut faire frais le soir), un coupe-vent, une protection étanche pour votre sac à dos (même une courte averse peut rapidement vous tremper), de l’eau en quantité suffisante, des barres de céréales, une lampe de poche (ou la fonction torche sur votre smartphone).

Si vous dormez dans le cirque, sachez que la majorité des gîtes offre un confort sommaire. Mais certains gîtes possèdent des chambres individuelles avec leur propres salle de bains et toilettes.

Pensez à prendre une serviette de bains pour deux (afin de ne pas vous surcharger) et du savon ou gel douche (non fournis dans les gîtes).

Renseignez-vous au préalable sur l’état des sentiers (certains peuvent être fermés après des éboulements) et sur les conditions météorologiques, qui peuvent rendre certains parcours périlleux.

Comme toujours à La Réunion, sachez que les nuages s’accrochent généralement sur les hauts sommets des cirques en fin de matinée/début d’après-midi.

Tropical Home est l’agence de location saisonnière référence à la Réunion.

Nous sélectionnons avec soin les maisons de vacances que nous proposons. Que vous recherchiez une maison avec piscine, une villa face au lagon ou une maison devant la plage pour vos vacances sur l’île de la Réunion, nous aurons certainement un hébergement qui vous conviendra.

Nos locations saisonnières sont situées dans les environs de la station balnéaire de Saint-Gilles-les-Bains (Boucan-Canot, Ermitage-les-Bains, La Saline-les-Bains), mais également dans le nord (Saint-Denis) pour notre clientèle affaires et de tourisme !

Réservez vite sur www.tropicalhome.fr une location vacances à la Réunion !



One thought on “Le cirque de Mafate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *